Eglise Catholique en France
Diocèse de Rennes

Doyenné de Cesson-Sévigné
Aujourd'hui, 23-01-2018, nous fêtons :
Doyenné de Cesson-Sévigné

BIENVENUE sur le site du Doyenné de Cesson-Sévigné.
En le parcourant vous découvrirez la vie de chacune de nos paroisses avec les accents qui la caractérisent.

QUILS SOIENT UN !

Il y a cinquante-six ans s’achevait ce qui restera un moment majeur pour l’Église, le Concile Vatican II. Le pape Jean XXIII voulait qu’il soit l’occasion d’une ouverture de l’Église au monde, dans une attitude de dialogue, d’écoute et de respect réciproque. Afin d’en faire un Concile « œcuménique », des membres des autres Églises chrétiennes y furent invités, sans doute comme observateurs, mais surtout comme frères, témoins de l’enjeu, pour les catholiques, de l’unité entre les disciples du Christ et de leur volonté de s’engager résolument sur ce chemin. Ce qui était loin, encore à cette époque, d’être évident et simple !
Le Décret sur l’Œcuménisme fut publié à la fin du Concile, après un long travail durant les différentes sessions. Dès ses premiers mots, il montre la voie : « promouvoir la restauration de l’unité entre les chrétiens ». Ce qui montre bien qu’il y a du chemin à parcourir et que l’Église catholique s’y engage, non plus pour que les frères des autres confessions reviennent à un bercail qu’ils n’auraient jamais dû quitter, ce qui était la perspective catholique des siècles antérieurs, mais bien plutôt pour construire ensemble, et avec eux, l’unique Église, l’Église voulue par le Christ.
Depuis déjà longtemps, des catholiques avaient rejoint le mouvement œcuménique initié entre protestants et orthodoxes au début du XXe siècle. Ils font figure de pionniers et ont souvent eu maille à partir avec la hiérarchie romaine. Malgré tout, le mouvement ne s’est pas arrêté. Avec des hauts et des bas, sans doute, car les Églises n’avancent pas toutes à la même vitesse, mais de nombreuses rencontres et réunions de groupes interconfessionnels, des documents signés conjointement, montrent le chemin parcouru en plus d’un demi-siècle.
Parmi ces pionniers catholiques de l’œcuménisme, figure l’abbé Paul Couturier, prêtre du diocèse de Lyon qui, dès avant la guerre, promouvait la Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens. Pour lui, en effet, l’unité entre les disciples du Christ n’était pas envisageable sans supposer, de la part de chacun et de la communauté à laquelle il se rattache, d’entrer dans la prière et de faire sienne celle du Christ au soir du Jeudi Saint : « Que tous soient un, comme toi et moi nous sommes un ! » (cf. Jn 17). Ce n’est qu’en nous unissant dans la prière envers le même Père, lui demandant que l’unité entre les frères se fasse comme il la voudra, quand il le voudra et de la façon qu’il voudra, que nous avancerons vraiment vers l’unité promise.
L’unité sera le fruit de l’action de l’Esprit Saint en nous et dans toutes les Églises. Belle orientation en ce début d’année ! (P.M.)

Vos réactions sur http://www.piemar.over-blog.com ou stmartincesson wanadoo.fr
Saint Julien sur VilaineSainte Catherine de Sienne en TizéSaint Martin de SœuvresSaint Luc en pays de Chateaugiron

Carte des paroisses du doyenné